Non classé

Le pouvoir HOOP d’Initium : « On peut gérer beaucoup de choses avec une attitude positive ».

Initium est un holding industriel limbourgeois qui compte sept entreprises dans divers secteurs. Pendant la crise, ils ont ressenti un impact considérable dans différents domaines. En nous concentrant sur le court terme et en adoptant une attitude positive, nous avons pu bien résister à la situation », déclare le PDG Maarten Bynens. .

Comment vous êtes-vous préparés et organisés ces derniers mois ?.

« Le début de la crise a certainement été un choc pour nous. Comme nous sommes une société holding qui compte environ sept entreprises, nous avons ressenti l’impact dans différents secteurs. Nous avons mis tout le monde sur le pont pour mener nos navires à travers la tempête, même si c’est difficile. Ce faisant, nous avons adopté l’attitude consistant à regarder les choses jour après jour et semaine après semaine. Nous n’avions pas l’intention d’élaborer un plan d’affaires ou un budget entièrement nouveau, car nous ne pouvions pas nous projeter assez loin dans l’avenir. Il y a alors deux possibilités : s’encombrer d’encore plus d’incertitudes ou toujours envisager les choses à court terme. »

« Dans toutes les entreprises, nous avons nommé une équipe de base. Notre devise était : allons-y, et continuons à assurer la plus grande continuité possible. J’ai moi-même toujours travaillé à partir d’un seul endroit au lieu de faire la navette entre les différentes entreprises. Parce que, bien sûr, je ne voulais absolument pas être la cause d’une infection. Nous avions transformé cet endroit en une salle de guerre d’où nous contrôlions tout.

« C’est une période très intense qui a nécessité beaucoup d’énergie. Nous avons surtout investi cette énergie dans nos employés, car tout le monde était confronté à de nombreuses incertitudes. Il y avait aussi des préoccupations d’ordre privé, comme le fait de savoir si l’on pouvait se rendre au travail en toute sécurité. Nous devions constamment retourner toutes ces incertitudes. »

Quel impact avez-vous constaté au sein des différentes sociétés de la holding ?

« Si je regarde la situation dans son ensemble, je pense que nous avons été du bon côté du spectre. Nous sommes actifs dans différents secteurs, dont la distribution. Là-bas, nous avons dû fermer des showrooms et nous avons vraiment ressenti l’impact sur les chiffres (baisse de 30%). Cependant, nous constatons maintenant que la confiance revient et que nous rattrapons notre retard. »

« En outre, nous avons des entreprises de fabrication qui, par exemple, produisent des emballages en aluminium pour l’industrie alimentaire. La production a augmenté ces derniers mois en raison du passage des restaurants et des traiteurs au service à emporter. Nous avons donc dû embaucher beaucoup de personnes et avons réalisé une croissance. Nous avons également des entreprises qui développent des moteurs pour couvrir les piscines, par exemple, et des entreprises qui produisent des maisons de jardin. Ces deux secteurs connaissent une croissance énorme et il est presque impossible de les suivre. Les budgets que les gens avaient prévus pour les vacances, ils semblent maintenant les investir principalement dans leur propre maison et leur jardin. »

« Nous sommes donc un peu des deux côtés en ce qui concerne l’impact économique de la crise. Nous avons ressenti la crise, mais nous nous en sortons bien. »

Y a-t-il des changements durables au sein de l’entreprise ?.

« Nous avions déjà beaucoup investi dans la numérisation, ce qui était une bonne chose. Dans les entreprises de distribution, par exemple, les boutiques en ligne étaient déjà pleinement opérationnelles. La crise a en fait été un test de résistance pour nous dans ce domaine, dont nous nous sommes bien sortis. En outre, nous souhaitons conserver l’efficacité des réunions numériques. Au départ, l’idée prévalait que « cela ne dépend que de nous », mais j’ai remarqué que cela peut être très productif. Ce ne sera pas la même fréquence qu’au cours des mois précédents, mais ce sera plus fréquent qu’auparavant. Le travail à domicile a également été un véritable test pour nous et nous en avons retiré beaucoup de choses positives. »

Quels enseignements positifs tirez-vous de la période passée ?.

« J’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de flexibilité parmi les employés. J’ai été surpris de ce dont les gens sont capables dans une telle situation, notamment en termes d’effort et d’engagement. Il y avait également une grande loyauté envers l’entreprise. Donc, dans de nombreux endroits, j’ai vraiment ouvert les yeux sur la façon dont chacun a géré la situation. »

« Je pense que c’est principalement dû à l’attitude avec laquelle tout le monde travaille avec nous. C’est l’attitude que nous essayons d’inculquer aux gens : regarder la situation avec un cocktail de positivisme et de conscience de l’environnement. Essayez d’être flexible, vous pourrez alors gérer beaucoup de choses. Surtout dans les moments difficiles, j’ai le sentiment que cette attitude est payante. Et nous voulons absolument continuer à travailler dans ce sens. »

Quel est votre plus grand espoir pour les mois à venir ?.

« J’ai l’impression que la reprise se fait plus rapidement que je ne le pensais initialement. Nous avons vu de nombreux scénarios économiques ces dernières semaines. Personne n’a de boule de cristal, mais ces scénarios étaient plutôt pessimistes. Néanmoins, la reprise semble désormais s’opérer assez rapidement. La confiance des consommateurs est également importante pour cela. Je retiens un peu mon souffle pour l’automne en raison d’une éventuelle deuxième vague, qui aurait également un impact sur la confiance des consommateurs. »

« Dans de nombreuses situations, la mentalité est toujours de relever le défi. On le voit dans un secteur comme celui de l’hôtellerie : soit on jette l’éponge, soit on essaie de se réinventer du mieux possible. Garder une approche positive autant que possible, c’est la mentalité avec laquelle nous travaillons ici au sein de la holding. J’espère que, même dans les moments difficiles, nous continuerons, en tant que société, à essayer de faire ressortir le positif. »

 

Back to list

2 thoughts on “Le pouvoir HOOP d’Initium : « On peut gérer beaucoup de choses avec une attitude positive ».

  1. I was pretty pleased to discover this great site. I need to to thank you for your time for this particularly fantastic read!! I definitely appreciated every part of it and I have you book marked to see new stuff on your blog.

  2. Next time I read a blog, Hopefully it does not disappoint me as much as this one. After all, Yes, it was my choice to read through, nonetheless I truly thought youd have something helpful to talk about. All I hear is a bunch of crying about something that you can fix if you were not too busy seeking attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.